LA REVOLTE DU PEUPLE SYRIEN, UNE VILLE AVANT DAMAS

14 Avr

Source : le site du quotidien libanais lorient – le jour via agences en ligne le 14 avril 2011

Alep gagnée à son tour par la révolte

Une image tirée d’une video postée sur YouTube qui montrerait des étudiants manifestant à l’université d’Alep, hier. Syrie – Damas implique un député du Courant du futur dans le financement des troubles Une manifestation à Alep a réuni près de 500 étudiants hier en faveur des libertés, une première dans cette ville depuis le début de la contestation en Syrie, où plus de 200 personnes auraient été tuées en un mois. Par ailleurs, la télévision syrienne a diffusé hier les aveux présumés de trois hommes qui ont prétendu avoir reçu de l’argent et des armes du député du Courant du futur, Jamal Jarrah. Des allégations qui ont été immédiatement démenties par M. Jarrah et son bloc.

Près de 500 étudiants ont manifesté hier à Alep en faveur des libertés, une première dans cette deuxième ville de Syrie depuis le début de la contestation. « Les forces de l’ordre ont dispersé par la force une manifestation d’étudiants en faveur de la liberté », a déclaré Radif Moustapha, président du Comité kurde pour les droits de l’homme (Rased). « Les forces de sécurité et les étudiants en sont venus aux mains. Quatre étudiants ont été arrêtés », selon lui. La page « Syrian News Network » (SNN) sur Facebook a par ailleurs affirmé qu’un professeur à l’Université d’Alep a été battu par des étudiants prorégime parce qu’il leur avait demandé de ne pas s’en prendre aux manifestants.
À Damas, une cinquantaine d’étudiants ont de nouveau manifesté à la faculté de droit, scandant des slogans pour la liberté, selon le président de la Ligue syrienne de défense des droits de l’homme, Abdel-Karim Rihaoui. « Les forces de l’ordre sont intervenues rapidement pour les disperser en les frappant avec des bâtons. Il y aurait des arrestations parmi les étudiants », a-t-il affirmé. Les forces de l’ordre auraient également perquisitionné les foyers de l’université, confisquant des téléphones et des ordinateurs portables, a rapporté un militant.

Dans le nord-ouest de la Syrie, « entre 150 et 200 personnes » ont par ailleurs été arrêtées mardi à Baïda et des dizaines d’autres dans la ville voisine de Banias, toujours encerclée par l’armée, a affirmé hier Rami Abdel Rahmane, président de l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme. « Plus de 5 000 femmes sont rassemblées aujourd’hui (mercredi) sur la route (côtière) Tartous-Banias pour demander leur libération », a-t-il ajouté.
Un militant des droits de l’homme avait fait état mardi de perquisitions à Baïda et de « plusieurs » arrestations dans l’objectif d’arrêter Anas ach-Chouhri, l’un des chefs de file du mouvement de contestation.
Selon Rami Abdel Rahmane, « une délégation de dirigeants syriens doit se rendre à Banias pour écouter les demandes de ses habitants », lesquels manqueraient désormais de produits alimentaires. Les forces de l’ordre encerclent Banias depuis dimanche après des affrontements meurtriers ce week-end dans cette ville située à 280 km au nord-ouest de Damas.
L’agence officielle SANA a affirmé hier que plusieurs personnes, dont un soldat, trois rebelles et un nombre indéterminé de « civils innocents », y avaient été tuées mardi à la suite d’une attaque d’une « bande armée » et qu’un certain nombre de « saboteurs » avaient été arrêtés.
Les manifestations ont débuté le 15 mars en Syrie et ont été durement réprimées par les forces de l’ordre, qui ont tué plus d’une centaine de personnes, selon des militants des droits de l’homme.
Les autorités ont par ailleurs nié hier des affirmations de l’organisation Human Rights Watch (HRW) selon lesquelles elles avaient empêché des manifestants blessés d’avoir accès à des soins médicaux. « Ce sont les hommes armés qui ont empêché le 8 avril à Deraa les ambulances de transporter quelque 34 policiers blessés dans cette ville » située à 100 km au sud de Damas et d’où est parti le mouvement de contestation contre le pouvoir, a affirmé le ministère de l’Intérieur.
Parallèlement, les médias officiels ont diffusé les aveux de trois membres présumés d’un « réseau terroriste » qui affirment avoir reçu des armes de l’étranger afin d’inciter à des manifestations et au renversement du régime.
« Nous avons reçu des instructions pour inciter des gens à manifester, surtout devant la mosquée des Omeyyades (de Damas) », a déclaré à la télévision nationale un homme présenté sous le nom d’Anas Kanj. « Ensuite, on nous a ordonné de nous armer pour mener des opérations de soutien à nos frères à Deraa et dans toutes les provinces de Syrie comme Lattaquié et Banias. » « Nous avons engagé quelqu’un pour filmer les morts et les blessés sur une vidéo et de l’envoyer directement au site Internet de la révolution », a dit un autre homme, présenté sous le nom de Mohammad al-Kalam, en faisant apparemment allusion à la page Facebook « Syria Revolution ».
(Source : agences)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :